jeudi 27 mars 2014

If we only die once, we wanna die with you ! (OneRepublic - 07/03/14 - Trianon)

OneRepublic Trianon Paris 2014 Rock'n'Live Live Report Concert Pop Marie Le Bannier Ryan Tedder Zach Filkins Eddie Fisher Brent Kutzle Drew Brown Native Apologize Stop and Stare All the Right Moves Good Life If I Lose Myself Counting Stars Something I Need
OneRepublic Trianon Paris 2014 Rock'n'Live Live Report Concert Pop Marie Le Bannier Ryan Tedder Zach Filkins Eddie Fisher Brent Kutzle Drew Brown Native Apologize Stop and Stare All the Right Moves Good Life If I Lose Myself Counting Stars Something I NeedC'est à l'occasion de trois concerts complets depuis plusieurs semaines que OneRepublic était de passage à Paris, au Trianon, dans le cadre de sa tournée européenne. Le groupe américain, révélé au grand public avec "Apologize" en collaboration avec Timbaland il y a quelques années, a pris une nouvelle ampleur avec son album "Native" et son single "Counting Stars". La première partie a été assurée par James Walsh, ancien leader de Starsailor. L'artiste a proposé quelques morceaux de son répertoire solo, ainsi que des reprises comme "Kids" de MGMT ou encore le célèbre "Four to the Floor" de son groupe Starsailor. "Vous m'avez toujours soutenu en France alors voici un titre qui a été numéro un et que vous connaissez bien", a-t-il déclaré en préambule de ce morceau. Derrière, un rideau cachait le fond de scène, annonçant la suite des festivités et l'arrivée du groupe phare de la soirée : OneRepublic.

OneRepublic Trianon Paris 2014 Rock'n'Live Live Report Concert Pop Marie Le Bannier Ryan Tedder Zach Filkins Eddie Fisher Brent Kutzle Drew Brown Native Apologize Stop and Stare All the Right Moves Good Life If I Lose Myself Counting Stars Something I Need 




Surprise pour le public et les photographes présents ce soir, le groupe a joué l'intégralité de son premier morceau, "Don't Look Down", derrière un rideau. Le jeu de lumières travaillées a rendu cette mise de scène très originale et superbement réalisée. Une belle entrée en matière à n'en pas douter ! Une petite avancée vers la fosse a permis au chanteur Ryan Tedder de se déplacer tout au long du concert pour s'approcher du public. On notera toutefois peu d'interaction avec les fans, même s'il a tenté quelques mots en français, évoquant notamment son ami Philippe Zdar de Cassius. Après "Light It Up" et "Secrets", c'est le morceau bien connu des fans de la première heure, "All the Right Moves", qui a fait danser la foule. "Stop and Stare" et "Something I Need" (et son refrain "And if you only die once I wanna die with you") ont offert de beaux moments de communion.

OneRepublic Trianon Paris 2014 Rock'n'Live Live Report Concert Pop Marie Le Bannier Ryan Tedder Zach Filkins Eddie Fisher Brent Kutzle Drew Brown Native Apologize Stop and Stare All the Right Moves Good Life If I Lose Myself Counting Stars Something I NeedRyan Tedder s'est ensuite installé au piano pour interpréter un medley de "Apologize" et "Yellow" de Coldplay. Une petite pause acoustique a ensuite été l'occasion de présenter "Preacher" et "Come Home". Après un solo de guitare acoustique hispanisant de Zach Filkins, le groupe a joué le titre que beaucoup attendait avec impatience : "Counting Stars". La salle s'est alors transformée en soirée festive où tout le monde chantait et dansait à tout rompre. Pendant le concert, Brent Kutzle a parfois joué du violoncelle, apportant une autre dimension aux morceaux. De temps en temps, des fumigènes ont envoyé quelques jets en fond de scène lors des titres plus pop et dansants. Après "Good Life" et "I Lived", OneRepublic a quitté la scène une première fois sous une salve d'applaudissements.

OneRepublic Trianon Paris 2014 Rock'n'Live Live Report Concert Pop Marie Le Bannier Ryan Tedder Zach Filkins Eddie Fisher Brent Kutzle Drew Brown Native Apologize Stop and Stare All the Right Moves Good Life If I Lose Myself Counting Stars Something I Need
OneRepublic Trianon Paris 2014 Rock'n'Live Live Report Concert Pop Marie Le Bannier Ryan Tedder Zach Filkins Eddie Fisher Brent Kutzle Drew Brown Native Apologize Stop and Stare All the Right Moves Good Life If I Lose Myself Counting Stars Something I NeedLe temps du rappel est venu et le groupe a repris avec "Feel Again". Puis il a invité James Walsh à reprendre le titre "Good Souls" de Starsailor. Pour l'occasion, Ryan Tedder a pris une guitare électrique et s'est partagé les couplets avec l'artiste. Après "Life in Color", le Trianon s'est transformé en une immense boite de nuit pour le très pop électro "If I Lose Myself". Un morceau parfait pour terminer en beauté en set, sous une pluie de confettis ! Assurément un final mémorable pour tous les spectateurs. Pour tous les déçus qui n'ont pas pu assister aux concerts, OneRepublic a indiqué qu'il serait de retour prochainement dans une plus grande enceinte. Un Zénith en approche ? Les prochaines semaines devraient apporter une réponse à cette interrogation. Le groupe a en tout cas les épaules assez large pour y fournir un nouveau show de qualité et aux moyens adaptés à cette grande salle. Le Trianon a en quelque sorte constitué un formidable avant goût du spectacle à venir.

OneRepublic Trianon Paris 2014 Rock'n'Live Live Report Concert Pop Marie Le Bannier Ryan Tedder Zach Filkins Eddie Fisher Brent Kutzle Drew Brown Native Apologize Stop and Stare All the Right Moves Good Life If I Lose Myself Counting Stars Something I Need 
Setlist


1.Don't Look Down
2.Light It Up
3.Secrets
4.All the Right Moves
5.What You Wanted
6.Stop and Stare
7.Something I Need
8. Apologize/Yellow (reprise de Coldplay)

9. Preacher (acoustique)
10. Come Home (acoustique)
11. Burning Bridges (acoustique)

12. Counting Stars (solo de guitare de Zach Filkins avant)

13. Can't Stop
14. Au Revoir
15. Good Life
16. I Lived

Rappel

17. Feel Again
18. Good Souls (reprise de Starsailor avec James Walsh)
19. Life in Color
20. If I Lose Myself

OneRepublic Trianon Paris 2014 Rock'n'Live Live Report Concert Pop Marie Le Bannier Ryan Tedder Zach Filkins Eddie Fisher Brent Kutzle Drew Brown Native Apologize Stop and Stare All the Right Moves Good Life If I Lose Myself Counting Stars Something I Need

Concours : 3 best of "May Death Never Stop You" de My Chemical Romance à gagner !

concours rock'n'live my chemical romance best of may death never stop you warner music france guillaume torrent marie le bannier
Rock'n'Live et Warner Music France te font gagner 3 exemplaires du best of "May Death Never Stop You" de My Chemical RomancePour tenter de remporter ton exemplaire, il te suffit de liker notre page Facebook (https://www.facebook.com/rocknliveblog) et de répondre à la question suivante : "Comment s'appelle le chanteur du groupe ?".

Envoie ta réponse et tes coordonnées (nom, prénom, adresse et mail) à l'adresse suivante : contact.rocknlive@gmail.com 

Bonne chance ! Le concours est ouvert jusqu'au jeudi 10 avril pour les personnes résidant en France métropolitaine.


Mise à jour du vendredi 11/04/2014 :
concours rock'n'live my chemical romance best of may death never stop you warner music france guillaume torrent marie le bannier


Félicitations à nos 3 gagnants :
Valentin G.
Hermine T.
et Chloé B. !

Vous recevrez bientôt votre album best of !

mercredi 26 mars 2014

Concours express : 1 place pour Hill Valley x Natives au Nouveau Casino (samedi 29 Mars) à gagner !

concours hill valley natives base productions rock'n'live blog nouveau casino paris mars 2014 marie le bannier guillaume torrent

Rock'n'Live et Base Productions te font gagner 1 place pour le concert de Natives + Hill Valley au Nouveau Casino le samedi 29 Mars. Pour tenter de remporter le concours, il te suffit de liker notre page Facebook (https://www.facebook.com/rocknliveblog) et d'envoyer tes coordonnées (nom, prénom, adresse, mail, tél) à l'adresse suivante : contact.rocknlive@gmail.com

Bonne chance ! Le concours est ouvert jusqu'au vendredi 28 Mars à midi pour les personnes résidant en région parisienne.

mardi 25 mars 2014

Le lion sort de sa cage ! (Julien Doré - 05/03/14 - Trianon)



À lieu exceptionnel, concert exceptionnel ! Après d'autres artistes comme Skip the Use, Shaka Ponk ou encore -M-, c'était au tour de Julien Doré d'investir le Trianon pour un épisode de l'émission Alcaline. Un enregistrement fait en public à l'instar d'un vrai concert, auquel il nous a été permis d'assister. Alors que nous nous sommes dirigés au premier balcon, nous avons pu descendre pour nous placer au premier rang, face à la scène, car il fallait que du public apparaisse à l'écran. Après une chanson du groupe OMOH - projet de Baptiste Homo et Clément Agapitos qui ont co-composé et arrangé l'album "LØVE" de Julien Doré - les techniciens ont préparé la scène pour le concert.
 
À 20h30, l'artiste est entré sur scène, après ses six musiciens. Il a ouvert le bal avec "Viborg", portant un costume trois pièces avec une chemise noire. Mais la veste n'a pas fait long feu puisqu'il la tombe rapidement pour "Chou Wasabi". Entre chaque titre, le chanteur a parlé, ri, fait des blagues avec le public et cette bonne humeur ne l'a pas quitté tout au long du concert. Une dose d'humour et d'auto-dérision rafraichissante, qui fait partie entière du charisme et du charme de l'artiste. Quelques petits pas de danse et une belle communion avec ses musiciens : Julien Doré a tout donné sur ce concert, qui n'est pourtant pas un véritable concert de tournée ! Après "Kiss Me Forever", il a chanté, en duo avec Emmanuelle Seigner, le titre "Heaven", un beau moment de la soirée.



Sur "Les Limites", qu'il a dû refaire pour la prise de son, il a blagué en disant qu'il n'était pas payé pour ce concert puis a demandé au public de chanter les choeurs. Il s'est alors hissé jusqu'au balcon et a lancé des confettis avec un lanceur. Nous étions alors tout proche de lui ! En redescendant, de nombreuses jeunes femmes en ont profité pour lui voler quelques bises. Après "Paris-Seychelles", Julien Doré a joué "Platini", avec une chorale gospel : un moment littéralement magnifique ! La suite du show s'est poursuivie avec des titres de l'album "LØVE" comme "On attendra l'hiver" ou encore "Corbeau blanc". Lors du rappel, il est revenu, seul au piano, pour jouer "Kiss Me Forever" et "Paris-Seychelles". Une fin toute en douceur et en émotion. Le lion avait alors troqué ses griffes pour ses pattes de velours...


  Setlist


1. Viborg
2. Hôtel Thérèse
3. Habemus Papaye
4. London nous aime
5. Chou wasabi
6. Kiss Me Forever
7. Heaven (avec Emmanuelle Seigner)
8. Winnipeg
9. Les Limites
10. Les Limites (2e prise)
11. Paris-Seychelles
12. Platini
13. On attendra l'hiver
14. Bleu canard
15. Mon apache
16. Corbeau Blanc
17. Memories
18. Kiss Me Forever (Piano-voix)
19. Paris-Seychelles (Piano-voix)

lundi 24 mars 2014

Interview : Matthew Healy (The 1975)

Sensation pop de l'autre côté de la Manche avec son premier album éponyme, The 1975 a rapidement conquis le public français. À l'occasion de son passage au Trabendo fin février, le chanteur du groupe, Matthew Healy, nous a accordé une interview quelques heures avant de monter sur scène. L'artiste a évoqué cette année folle passée avec la formation et les projets à venir. En attendant le retour du groupe sur scène dans l'Hexagone, vous pouvez retrouver, ci-dessous, la vidéo de notre entretien. Nous tenons à remercier Matthew Healy, Noura Brachemi, Mercury, Universal Music France et le Trabendo.


Une belle séance de rattrapage ! (All Time Low - 5/03/14 - Cabaret Sauvage)

All Time Low Paris Cabaret Sauvage Concert Live Report 2014 Rock'n'Live Marie Le Bannier Alex Gaskarth Jack Barakat Rian Dawson Zack Merrick Nothing Personal Dirty Work Don't Panic Dear Maria, Count Me In Weightless Somewhere in Neverland
All Time Low Paris Cabaret Sauvage Concert Live Report 2014 Rock'n'Live Marie Le Bannier Alex Gaskarth Jack Barakat Rian Dawson Zack Merrick Nothing Personal Dirty Work Don't Panic Dear Maria, Count Me In Weightless Somewhere in Neverland
All Time Low était de retour à Paris, après son concert écourté un an auparavant au Bataclan, en raison de l'état de la voix de son chanteur. Si le groupe était passé par Lyon l'été dernier, les fans parisiens et d'ailleurs attendaient de pied ferme la bande d'Alex Gaskarth et Jack Barakat, qui avait certainement l'envie de se faire grandement pardonner. Nous n'avons pas assisté à la prestation de Home Most Days, groupe pop punk déjà aperçu lors du dernier passage de Motion City Soundtrack dans la capitale en 2012. C'est donc avec Blitz Kids que la soirée a débuté pour nous. Le groupe a réussi sans mal à faire bouger le public et a pu compter sur une bonne base de fans présents. Les problèmes de micro n'ont pas eu raison de l'enthousiasme du groupe, qui a livré un set carré d'une trentaine de minutes.    

All Time Low Paris Cabaret Sauvage Concert Live Report 2014 Rock'n'Live Marie Le Bannier Alex Gaskarth Jack Barakat Rian Dawson Zack Merrick Nothing Personal Dirty Work Don't Panic Dear Maria, Count Me In Weightless Somewhere in Neverland

Le quatuor pop punk star de la soirée, All Time Low, est arrivé après quelques notes du célèbre "Niggas in Paris" de Jay-Z et Kanye West. D'entrée, il a mis le feu avec "Do You Want Me (Dead?)". Visiblement heureux d'être là, Alex Gaskarth et Jack Barakat ont passé une bonne partie du show à parler et plaisanter avec le public. Jack a notamment plusieurs fois relevé que le concert se tenait dans une "putain de tente rouge" (il est vrai que le Cabaret Sauvage est une salle vraiment atypique dans laquelle on se croirait dans un cirque). Alex a promis près de 25 titres pour se rattraper du dernier passage du groupe à Paris. Le public a été grandement conquis. Après "Lost in Stereo" et "Six Feet Under the Stars", le groupe a joué "Vegas", un titre qu'il proposait pour la première fois en live lors de cette tournée.

All Time Low Paris Cabaret Sauvage Concert Live Report 2014 Rock'n'Live Marie Le Bannier Alex Gaskarth Jack Barakat Rian Dawson Zack Merrick Nothing Personal Dirty Work Don't Panic Dear Maria, Count Me In Weightless Somewhere in Neverland 

 All Time Low Paris Cabaret Sauvage Concert Live Report 2014 Rock'n'Live Marie Le Bannier Alex Gaskarth Jack Barakat Rian Dawson Zack Merrick Nothing Personal Dirty Work Don't Panic Dear Maria, Count Me In Weightless Somewhere in NeverlandJack a récupéré dès le début du show les soutien-gorges jetés sur scène et en a même porté un sur la tête une bonne partie du concert ! Très énergique et sautant partout sur la scène, le guitariste a été une vraie pile électrique. Après un "Weightless" du tonnerre, Alex a joué, seul, en acoustique, les morceaux "Remembering Sunday" et "Therapy". Cette pause intimiste a été vivement applaudie par les fans. Le set électrique a repris de plus belle avec "Somewhere in Neverland". Puis trois fans ont été invités à monter sur scène : le groupe a alors fait une reprise de "All the Small Things" de blink-182 avant de jouer "Time-Bomb" en donnant le micro par la même occasion aux trois fans venus les rejoindre. Après "Backseat Serenade" et "Oh, Calamity!", All Time Low a dit une première fois au revoir au public pour disparaître quelques instants en coulisses. 


All Time Low Paris Cabaret Sauvage Concert Live Report 2014 Rock'n'Live Marie Le Bannier Alex Gaskarth Jack Barakat Rian Dawson Zack Merrick Nothing Personal Dirty Work Don't Panic Dear Maria, Count Me In Weightless Somewhere in NeverlandLe groupe est revenu pour le traditionnel rappel et a joué "The Reckless and the Brave" puis "A Love Like War". Alex a alors indiqué que Vic Fuentes, qui apparaît sur ce morceau, était en studio pour enregistrer le nouvel album de Pierce the Veil, et qu'il rêverait de tourner prochainement ensemble. Après une reprise de Rage Against the Machine, "Killing in the Name", All Time Low a terminé son concert, comme à l'accoutumée, avec son célèbre "Dear Maria, Count Me In". Une dernière occasion pour les plus fervents de se lancer dans un pogo à tout rompre. Près de 2h de show et une formidable énergie : All Time Low a assuré et conquis le public. L'histoire entre le groupe et les fans français semble si belle pour ne pas se poursuivre de longues années encore. On peut parier sans se tromper que le groupe reviendra fouler le sol français à l'occasion de sa prochaine tournée. Le rendez-vous est pris !

All Time Low Paris Cabaret Sauvage Concert Live Report 2014 Rock'n'Live Marie Le Bannier Alex Gaskarth Jack Barakat Rian Dawson Zack Merrick Nothing Personal Dirty Work Don't Panic Dear Maria, Count Me In Weightless Somewhere in Neverland


Setlist



1. Do You Want Me (Dead?)

2. So Long Soldier

3. The Irony of Choking on a Lifesaver

4. Stella

5. For Baltimore

6. Break Your Little Heart

7. Lost in Stereo

8. Six Feet Under the Stars

9. Vegas

10. Guts

11. Weightless

12. Remembering Sunday (acoustique)

13. Therapy (acoustique)

14. Damned If I Do Ya (Damned If I Don't)

15. Somewhere in Neverland

16. All the Small Things (reprise de blink-182)

17. Time-Bomb

18. Backseat Serenade

19. Oh, Calamity!


Rappel


20. The Reckless and the Brave

21. A Love Like War

22. Killing in the Name (reprise de Rage Against the Machine)

23. Dear Maria, Count Me In

All Time Low Paris Cabaret Sauvage Concert Live Report 2014 Rock'n'Live Marie Le Bannier Alex Gaskarth Jack Barakat Rian Dawson Zack Merrick Nothing Personal Dirty Work Don't Panic Dear Maria, Count Me In Weightless Somewhere in Neverland 

dimanche 16 mars 2014

Nobody Puts Fall Out Boy in the Corner ! (Fall Out Boy - Zénith Paris - 12/03/14)

fall out boy zenith paris mars 2014 marie le bannier guillaume torrent rock'n'live patrick stump pete wentz Andy Hurley Joe Trohman save rock'n'roll tour
Après un passage à l'Olympia fin août, Fall Out Boy était de retour à Paris à l'occasion de son "Save Rock and Roll Tour 2014". Nous étions impatients de retrouver le quatuor et avions quelques interrogations. Quels seraient les changements dans la setlist ? Aurait-on droit à quelques surprises et mises en scène spécialement taillées pour le Zénith ? En arrivant, nous avons remarqué une petite scène à l'entrée de la fosse, sans trop vraiment y prêter une grande attention, et pourtant... (la suite du concert nous aura donné tort !). Sur la scène principale, on pouvait remarquer un rideau cachant le fond, indiquant que l'installation devait demeurer secrète. Vers 19h30, The Pretty Reckless a lancé les hostilités. Si la chanteuse Taylor Momsen a fait parler une voix soul rock assez remarquable, ni elle ni ses musiciens n'ont été aidés par un son très médiocre. Des basses omniprésentes faisaient vibrer jusqu'au profond des entrailles de chacun. Dommage, car les fans étaient là et ont soutenu le groupe à fond sur les titres "My Medecine", "Make Me Wanna Die" ou encore "Going to Hell".

fall out boy zenith paris mars 2014 marie le bannier guillaume torrent rock'n'live patrick stump pete wentz Andy Hurley Joe Trohman save rock'n'roll tour
À 20h45, Fall Out Boy a surpris tout le monde et les photographes particulièrement, en arrivant cagoulés ! Une entrée en scène réellement impressionnante sur "The Phoenix". Un drapeau est rapidement apporté à Pete Wentz qui l'a fait tournoyer dans les airs pour haranguer la foule. La scène comprenait un dispositif permettant aux musiciens de se déplacer librement en montant et descendant le long de rampes. Deux petites estrades étaient également présentes comme à l'Olympia. Après le morceau, ils ont tous enlevé leurs cagoules pour laisser apparaitre leurs visages. Pete Wentz a chauffé le public puis Patrick Stump a lancé aux fans : "Chantez avec nous !". Showman charismatique, il a porté le concert avec ses autres comparses d'une fort belle manière. Le premier gros moment de folie est survenu sur "This Ain't a Scene, It's an Arms Race". On peut simplement regretter un son pas au top, meilleur que The Pretty Reckless, mais les basses ont demeuré un peu trop fortes. Après un petit solo de guitare de Joe Trohman, le groupe a joué "Alone Together", dont les refrains ont été repris en choeur par les fans.

fall out boy zenith paris mars 2014 marie le bannier guillaume torrent rock'n'live patrick stump pete wentz Andy Hurley Joe Trohman save rock'n'roll tourPrestation carrée, jeux de lumières travaillés, peu de fioritures et un groupe qui fait le boulot de fort belle manière : Fall Out Boy n'a pas déçu et livré le show qu'on attendait tous. Le concert s'est composé quelque part de plusieurs actes, marquant des pauses pour permettre de préparer quelques surprises ou pour accentuer la mise en scène. Sur "Young Volcanoes", de gros ballons gonflables sont venus animer la fosse dans une ambiance bon enfant. Après la reprise de Michael Jackson, "Beat It",  Patrick Stump, Pete Wentz et Joe Trohman se sont rendus sur la petite scène installée en début de fosse pour un set acoustique. "I'm Like a Lawyer with the Way I'm Always Trying to Get You Off (Me & You)" et surtout "Nobody Puts Baby In The Corner" ("une vieille chanson spécialement pour la France", a indiqué Patrick Stump) ont été joués pour le plus grand plaisir de tous. Les trois compères sont ensuite repartis par les coulisses sur scène sous escorte des vigiles en réussissant quant même à serrer quelques mains au passage.



fall out boy zenith paris mars 2014 marie le bannier guillaume torrent rock'n'live patrick stump pete wentz Andy Hurley Joe Trohman save rock'n'roll tour










Pendant ce temps, Andy Hurley entamait un petit solo de batterie et "Dance, Dance" a remis le feu après cette pause acoustique apaisante. Juste après, "Just One Yesterday" a été le théâtre d'un moment spécial où les lumières ont été éteintes pour ne laisser que les lumières des portables du public éclairer la salle. On se dirigeait alors doucement vers la fin du show. "I Don't Care" et "My Songs Know What You Did in the Dark (Light 'Em Up)" sont venues parachever en beauté le concert. Le temps du rappel était arrivé et Patrick Stump est réapparu au sommet de la structure scénique, au piano, pour jouer "Save Rock and Roll". Changeant sa voix avec un instrument pour imiter Elton John, il a fini le titre debout avec ses trois camarades a cappella. Il ne restait plus qu'un "Thnks fr th Mmrs" de folie et le traditionnel "Saturday" pour terminer la soirée en beauté. Comme à son habitude, Pete Wentz s'est offert un mini bain de foule au premier rang pour faire son passage en scream. Taillé pour les grandes scènes, les festivals ou les petites enceintes, Fall Out Boy a prouvé qu'il était un groupe solide une fois de plus. Sa reformation fait le bonheur de ses fans. Après ses plusieurs passages en France, le quatuor ne devrait pas revenir avant un moment. Peut-être dans quelques années avec un nouvel album. L'aventure est trop belle pour ne pas la continuer désormais après ce retour réussi. On a déjà hâte !fall out boy zenith paris mars 2014 marie le bannier guillaume torrent rock'n'live patrick stump pete wentz Andy Hurley Joe Trohman save rock'n'roll tour




 
Setlist

1. The Phoenix
2. I Slept with Someone in Fall Out Boy and All I Got Was This Stupid Song Written About Me
3. A Little Less Sixteen Candles, a Little More "Touch Me"
4. This Ain't a Scene, It's an Arms Race
5. Alone Together (solo de guitare au début par Joe Trohman)
6. Thriller
7. Death Valley
8. Sugar, We're Goin Down
9.Young Volcanoes
10. Beat It (reprise de Michael Jackson)
11. I'm Like a Lawyer with the Way I'm Always Trying to Get You Off (Me & You) (acoustique)
12. Nobody Puts Baby in the Corner (acoustique)
13. Dance, Dance (solo de batterie au début d'Andy Hurley)
14. Just One Yesterday
15. I Don't Care
16. My Songs Know What You Did in the Dark (Light 'Em Up)

Rappel

17. Save Rock and Roll
18. Thnks fr th Mmrs
19. Saturday


fall out boy zenith paris mars 2014 marie le bannier guillaume torrent rock'n'live patrick stump pete wentz Andy Hurley Joe Trohman save rock'n'roll tour

Quand le temps s'arrête... (City and Colour - Trabendo - 05/02/14)

Dallas Green City and Colour Trabendo Paris 2014 Live Report Rock'n'Live Paris Marie Le Bannier The Girl Alexisonfire
Les concerts sont l'occasion de belles découvertes. Alors que nous connaissions que peu City and Colour, nous avons eu l'occasion de pouvoir assister au concert du projet de Dallas Green, à l'occasion de son passage au Trabendo à Paris. Si la salle semblait peu remplie en début de soirée, les fans se sont réunis au fur et à mesure pour constituer une petite foule compacte en attendant l'arrivée du groupe. Après avoir retrouvé Luke de September Boy, qui nous avait beaucoup parlé de City and Colour comme l'une de ses influences, nous avons pu assister au set de la première partie. La chanteuse Hanna Georgas, originaire du Canada, a présenté des compositions pop plutôt lentes et aériennes. Sa voix, assez cristalline, a réussi à envoûter une partie du public. Après une trentaine de minutes et le changement de plateau, il était temps d'accueillir Dallas Green et son groupe pour le concert de la soirée.

Dallas Green City and Colour Trabendo Paris 2014 Live Report Rock'n'Live Paris Marie Le Bannier The Girl AlexisonfireSi le son de City and Colour est plutôt pop folk acoustique en studio, on découvre tout autre chose en live. Bien plus rock et nerveux, le groupe a envoyé du lourd dès l'entame du show sur "Of Space and Time" et "The Lonely Life". Dallas Green a dû certainement avoir bien chaud avec son gros pull en laine rouge et cette anecdote aura animé une partie du concert, tout comme ses lunettes qu'il aura enlevé, l'empêchant d'accorder facilement sa guitare. On a découvert un artiste touchant, sensible et très proche du public, comme lorsqu'il a évoqué l'écriture du morceau "Comin' Home", à l'époque où il faisait partie de Alexisonfire. Son ancien groupe a d'ailleurs été l'un des sujets plusieurs fois évoqué, pour le plus grand plaisir des fans. Un très beau moment d'émotion avec ce titre en guitare/voix lors duquel il a insisté pour que personne ne sorte son téléphone pour filmer. Et c'est bien dans un style épuré et acoustique que Dallas Green se montre le plus touchant. Tout simplement magique !


Dallas Green est ensuite revenu jouer avec son groupe et le son rock a de nouveau embrasé le public, comme sur "Thirst" et "Sorrowing Man", qui a mené à la fin du concert. Le temps du rappel est venu et nous avons retrouvé Dallas Green en tee-shirt. "Un nouvel homme est là", a-t-il déclaré avec humour. L'humour a été également le fil rouge du set, peut-être pour masquer une timidité qui rend l'artiste si attachant. Il a démarré son tube "The Girl", seul, et le groupe l'a rejoint environ au milieu pour la partie plus rapide. "Two Coins" et "Death's Song", sur laquelle il a poussé sa voix au maximum, ont clôturé un superbe show. Une très belle découverte live, un univers envoûtant, un beau voyage vers les étoiles et une émotion de chaque instant : City and Colour est l'un de nos coups de coeur de ce début d'année 2014. C'est désormais avec une attente non retenue que nous guetterons ses prochains disques et passages en concert près de chez nous. Merci Monsieur Dallas Green, pour ce grand moment de musique !
 



Setlist

1. Of Space and Time
2. The Lonely Life
3. The Grand Optimist
4. As Much as I Ever Could
5. Sam Malone
6. Day Old Hate
7. Like Knives
8. Body in a Box
9. We Found Each Other in the Dark
10. Sleeping Sickness
11. The Golden State
12. Waiting...
13. Thirst
14. Fragile Bird
15. Sorrowing Man 

Rappel
16. The Girl
17. Two Coins
18. Death's Song