mercredi 8 février 2017

Green Day, la folie à Bercy ! (Green Day - 03/02/17 - AccorHotels Arena)

Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket Case

Avant son passage au Download Festival au mois de juin, Green Day faisait escale à l'AccorHotels Arena pour une date unique. Inutile de dire qu'il s'agissait de la date punk rock de ce début d'année qu'il ne fallait surtout pas manquer ! Un concert de Green Day, c'est l'assurance d'une setlist d'environ 2h30, de moments de grâce, d'émotion, de joie, de fun, de délire, de protestation, de rock ! Il ne fallait pas arriver en retard en cette pluvieuse soirée d'hiver puisque la bande de Billie Joe Armstrong était annoncée à 20h sur scène. Avant le début des festivités, ce fut à The Interrupters de chauffer la salle. Le groupe, mené par sa chanteuse, a livré un ska punk plutôt efficace, même si les titres ont donné l'impression d'être peu différents les uns des autres. Après un set d'environ trente minutes, les installations ont démarré pour préparer la scène pour Green Day. Au moment où « Bohemian Rhapsody » a retenti dans les enceintes, les fans ont tout suite compris que le début du show allait démarrer. Lorsqu'est arrivé le fameux lapin rose, la foule a explosé sur le traditionnel « Blitzkrieg Bop » !
Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket Case


Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket Case
Sans artifice, sans décor scénique extravaguant, mais avec un écran en fond de scène, le groupe est arrivé simplement. Billie Joe est monté sur une enceinte, les bras en l'air, pour saluer et déjà haranguer la foule qui n'attendait que ça. « Know Your Enemy » a lancé les hostilités de fort belle manière. Comme à son habitude, Bille Joe n'aura pas arrêté de lancer ses fameux « Héééé, ohhhhh !!! », cri de ralliement qui peut paraître un peu saoulant à la longue mais qui témoigne du lien qu'il a réussi à tisser avec le public au fil du temps. Il a d'ailleurs rappelé que Green Day venait jouer en France depuis 1994, un pays dans lequel il se sentait comme à la maison. D'entrée de jeu, le ton de la soirée était donné entre rock festif et message politique. Puisque personne n'aura manqué les prises de position du groupe dans son dernier album « Revolution Radio », nous n'avons pas été étonnés d'entendre Billie Joe déclarer : « Ce soir, dans notre monde, Donald Trump n'existe pas ! ». Après « Bang Bang » et « Revolution Radio », le groupe a poursuivi avec « Holiday », « Letterbomb » puis « Boulevard of Broken Dreams », repris en chœur par le public.
Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket Case


Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket CaseBillie Joe, Tré Cool et Mike Dirnt, éternels adolescents, ont certainement trouvé la recette de la jeunesse éternelle. Après trente années de carrière, la fougue et l'énergie sont toujours présentes tout au long de 2h30 de show. Si le message contestataire est bien clair, la déconne est aussi là lorsque Billie Joe arrose les premiers rangs avec un jet d'eau ou lance des tee-shirts avec un canon dans les gradins. Il est clair que tout ce joli monde est heureux d'être là et la scène est leur terrain de jeu favori. Plus loin, « Longview » et sa basse caractéristique ont embrasé le public avant que « 2000 Light Years Away » ne réjouisse les fans les plus assidus du trio. Le spectacle a été amplifié par des jeux de lumières, pétards, flammes et autres feux d'artifices tout au long du show. Tel un rouleau compresseur, Green Day a tout embarqué sur son passage. Avec ces grosses machines américaines, la crainte d'un manque d'âme est toujours présente. Ici, il n'en est rien. Billie Joe aura fait monter des fans sur scène à trois reprises pour une accolade, un selfie, chanter, voire même jouer de la guitare. Une jeune femme est d'ailleurs repartie avec la guitare, offerte par le groupe, pour sa prestation. Billie Joe lui avait indiqué les accords à jouer pour interpréter la reprise d'Operation Ivy, « Knowledge ». 

Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket Case


Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket CasePas de doute, un concert de Green Day a ces allures de grand-messe rock où la communion est totale avec le public et où il est invité à participer à la fête de manière active. « When I Come Around », « Minority » et un « St Jimmy » de folie n'ont pas calmé les ardeurs des spectateurs, qui en redemandait encore et encore. Il n'était pas encore temps pour Green Day de dire au revoir. Le culte « Basket Case » a fait souffler un vent de folie avant que le délire ne s'empare de tous les musiciens pour « King for a Day ». Billie Joe, képi d'officier sur la tête, a mené sa troupe alors que son saxophoniste portait une coiffe de pharaon. Lors du traditionnel medley « Shout » / « (I Can't Get No) Satisfaction » / « Always Look on the Bright Side of Life » / « Hey Jude », ce dernier a d'ailleurs joué le solo de « Careless Whisper » en hommage à George Michael. Billie Joe a rappelé lors du concert que le rock pouvait changer le monde. Cette parole, peut-être un peu naïve, a résonné dans les esprits alors que nous vivons une période parfois troublée par une peur de l'avenir. 


Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket Case

Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket Case
Après « Still Breathing » et « Forever Now », le groupe a quitté la scène une première fois. Il est revenu pour un premier rappel, lancé par le furieux « American Idiot », ponctué d'entrée de jeu par un « Fuck You Donald Trump ! » auquel ont répondu de nombreux majeurs levés en l'air. Green Day a choisi lors de ses concerts à travers le monde de faire savoir qu'il n'était pas satisfait de celui qu'il juge comme son American Idiot pour les quatre prochaines années. Puis le groupe a enchaîné avec « Jesus of Suburbia » pendant plus de dix minutes, sous les acclamations du public. Il est plutôt marrant de voir ce morceau en fin de show en guise de petit clin d’œil au « Bohemian Rhapsody » du début. Après ce déluge d'énergie, de furie et d'effets pyrotechniques, le groupe a quitté la scène une deuxième fois. Billie Joe est ensuite revenu seul pour jouer en acoustique, tout d'abord « Ordinary World » puis « Good Riddance (Time of Your Life) », joué sous une pluie de confettis. Mike et Tré sont alors revenus pour saluer une dernière fois le public, en compagnie de Billie Joe, pour conclure cette soirée en beauté, tous les trois, toujours unis depuis trente ans. « It's something unpredictable, but in the end is right, I hope you had the time of your life ». Assurément, comme à chaque fois, lors d'un concert de Green Day... 

Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket Case


Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket Case


Setlist

Bohemian Rhapsody (Queen)
Blitzkrieg Bop ((Ramones)
The Good, the Bad and the Ugly (Ennio Morricone)

1. Know Your Enemy
2. Bang Bang
3. Revolution Radio
4. Holiday
5. Letterbomb
6. Boulevard of Broken Dreams
7. Longview
8. Youngblood
9. 2000 Light Years Away
10. Hitchin' a Ride
11. When I Come Around
12. Waiting
13. Burnout
14. Scattered
15. Minority
16. Are We the Waiting
17. St. Jimmy
18. Knowledge (reprise d'Operation Ivy)
19. Basket Case
20. She
21. King for a Day
22. Shout / (I Can't Get No) Satisfaction / Always Look on the Bright Side of Life / Hey Jude
23. Still Breathing
24. Forever Now

Rappel 1 :
25. American Idiot
26. Jesus of Suburbia

Rappel 2 :
27. Ordinary World
28. Good Riddance (Time of Your Life)

Green Day AccorHotels Arena Paris Bercy American Idiot Concert Punk Rock Live Rock'n'Live Photo Marie Dookie Le Bannier Mike Dirnt Tré Cool Revolution Radio Basket Case

jeudi 2 février 2017

Biffy Clyro a retourné l'Olympia ! (Biffy Clyro - 30/01/17 – Olympia)


Trois ans après leur passage au Trianon, revoilà les Écossais de Biffy Clyro à l'occasion de leur tournée française dans le cadre de la sortie de l'album « Ellipsis ». Groupe désormais taillé pour les grandes enceintes outre-Manche et se produisant dans les festivals partout en Europe, Biffy Clyro continue de jouer dans des salles à taille humaine en France. Ceci explique notamment pourquoi on retrouve à chaque fois une colonie britannique conséquente dans le public, qui s'époumone tout au long du concert en scandant le célèbre slogan « Mon' the Biff ! ». C'était notre premier concert de l'année 2017 et quel concert ! En général, avec Biffy Clyro, on est rarement déçu... Et la bande de Simon Neil n'a pas démenti sa propension à être une véritable machine de guerre qui balaye tout sur son passage. Nous ne pourrons pas évoquer la première partie puisque nous sommes arrivés au moment où Frank Carter and the Rattlesnakes terminaient leur set. Visiblement, le groupe a livré une prestation très efficace qui a été très applaudie. Après vingt minutes d'entracte, il était temps d'accueillir les héros de la soirée.


Après une musique classique avec des chœurs, quasi religieuse, le groupe s'est installé et posé, immobile. Cette entrée sur scène, classieuse, n'a pas laissé trop longtemps de place au calme, puisqu'alors que l'introduction de « Wolves of Winter » retentissait, le déluge s'est abattu sur l'Olympia. Dans la fosse, les pogos ont commencé à pleuvoir et le thermomètre a bien failli exploser ! Et cette ambiance n'a pas bougé d'un iota tout au long du show. Pas le temps de souffler que « Living Is a Problem Because Everything Dies » est lancé, suivi de « Sounds Like Balloons » puis « Biblical ». Si les jumeaux Ben et James ont démarré le concert torse nu comme à leur habitude, Simon a fait tomber sa chemise au bout de quelques titres. Les cheveux au vent, parfois dans le visage, il a fait preuve d'une rage quasi animale, amplifiée par une démarche tantôt féline, tantôt possédée par la fureur des décibels. Rock, metal, grunge, alternatif... Qu'importe si Biffy Clyro n'est pas facilement classable, le mélange des styles lui va si bien !

Lors du concert, la part belle a été faite au dernier album « Ellipsis » (10 titres), mais également à « Opposites » (5 titres) et « Only Revolutions » (6 titres). Après « Victory Over the Sun » et « Howl », « God & Satan » est venu un peu calmer les esprits avant que l'ambiance remonte en flèche avec un « Bubbles » du feu de dieu, qui n'aura jamais semblé si puissant en live ! Chaque morceau du concert aura disposé de son éclairage spécifique grâce à un habile jeu de lumières, créant une ambiance unique. Après un enchaînement « On a Bang » / « Re-Arrange » / « Herex » / « Medecine », tirés d'« Ellipsis », qui a peu fait retomber l'ambiance, « Glitter and Trauma » a réussi à remettre tout le monde d'accord ! « Mountains », juste après, a été, comme de coutume, un moment fort de la setlist, notamment lorsque tout le public a repris la fin de morceau d'une seule voix.

Lentement mais sûrement, la fin du concert approchait mais il restait encore quelques instants de grâce à vivre. Petit bémol toutefois, nous n'aurons pas eu droit à « The Captain », enlevé de la setlist au profit de morceaux « d'Ellipsis » certainement. Après « Flammable », place à « That Golden Rule » et sa rythmique incroyable lors de la fin du morceau puis « Many of Horror », dont les chœurs résonnent encore dans nos têtes. C'est à cet instant qu'est intervenu le rappel. Simon Neil est arrivé seul pour jouer une version solo acoustique de « Machines ». Le furie rock est revenue le temps d'« Animal Style » puis en guise d'apothéose, « Stingin' Belle » a clôturé le show dans un mur de décibels. Simon Neil, montant sur une enceinte, courbé sur ses jambes, comme s'il voulait montrer qu'il ne faisait plus qu'un avec le musique, après 2h de show effréné. Une fois encore, Biffy Clyro a démontré qu'il était un groupe de grande classe et terriblement efficace en live, sans artifice, avec des mélodies imparables, délivrant un rock brut de décoffrage, souvent, mais aussi raffiné, parfois. Le trio a réussi à s'imposer, dans nos esprits, comme l'un des groupes qu'il faut avoir vu jouer au moins une fois dans sa vie : intense, folle, furieuse, une expérience qui prend aux tripes ! « Mon' the Biff » !

Setlist

1. Wolves of Winter
2. Living Is a Problem Because Everything Dies
3. Sounds Like Balloons
4. Biblical
5. Victory Over the Sun
6. Howl
7. God & Satan
8. Bubbles
9. Booooom, Blast & Ruin
10. Friends and Enemies
11. Black Chandelier
12. On a Bang
13. Re-Arrange
14. Herex
15. Medicine
16. Glitter and Trauma
17. Mountains
18. In the Name of the Wee Man
19. Flammable
20. That Golden Rule
21. Many of Horror (introduction de "With Aplomb")

Rappel

22. Machines
23. Animal Style
24. Stingin' Belle

vendredi 27 janvier 2017

Mat Bastard de retour en solo !

Le bondissant Mat Bastard, qui a décidé de mettre en parenthèse l'aventure Skip the Use, pour se consacrer à un projet solo intitulé LA LOOV, vient de dévoiler un premier morceau, "More Than Friends", sur lequel est invité le duo A-VOX. Avec ces sonorités pop et électro, on reconnaît immédiatement la patte de l'artiste. Ce titre, qui est immédiatement entêtant et efficace, lance donc une nouvelle ère pour le rockeur lillois. Désormais installé aux Etats-Unis, il a réalisé un nouvel album attendu pour l'été 2017. Si ce premier extrait est plutôt pop/électro, le disque devrait être marqué par les racines punk rock de Mat Bastard puisqu'on pourra notamment retrouver son compère Mike du groupe Carving, et ce détail donne plutôt envie d'en écouter davantage ! Il défendra ce projet solo sur scène, notamment au festival Garorock et aux Francofolies cet été. On devrait ainsi le retrouver sur les routes pendant la période estivale sur d'autres dates.

Vous pouvez écouter "More Than Friends" ci-dessous :

dimanche 8 janvier 2017

A wonderful night to say goodbye ! - Yellowcard - 18/12/16 (O2 Institute - Birmingham)

Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock Pop


Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock PopParfois lorsqu'on se rend à un concert, l'imprévu vient s'inviter. Cela peut être pour le pire mais également pour le meilleur. Ici, ce fut pour le meilleur et nous nous souviendrons toute notre vie du dernier concert de Yellowcard auquel nous avons pu assister. Face à l'absence de date en France, c'est à Birmingham, en Grande-Bretagne, que nous avions choisi de nous rendre afin de dire au revoir à Yellowcard, qui a choisi de sortir un dernier album et d'assurer une dernière tournée pour remercier ses fans, présents tout au long de 20 années de carrière. Démarrons par l'avant-concert, sous des températures bien basses, nous avons pu rencontrer quelques fans français (Pierre Maxime, Laura, puis ensuite Manon et d'autres dont nous nous excusons d'avoir oublié le prénom). Car avec Yellowcard, peut-être que plus que tout autre groupe, on sent une communauté de fans soudée et unie autour d'une passion commune et d'une envie de partager des moments inoubliables. Un carnet avec des photos et des mots souvenirs avait notamment été préparé par Laura afin de le transmettre au groupe en fin de concert. Nous y avons chacun mis un petit mot pour exprimer ce que le groupe représentait pour nous.
Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock Pop

Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock PopAprès que certains fans – plutôt nombreux – furent rentrés pour le meet & greet d'avant concert, nous avons entendu une annonce, sans trop vraiment comprendre exactement ce dont il s'agissait. Tout juste avons nous compris qu'un membre du groupe était visiblement à l'hôpital. Tout à coup, une montée de stress et l'inquiétude d'une possible annulation du show est venue nous frapper ! Mais aux alentours de 19h, nous sommes rentrés dans la salle. Après les deux premières parties, une personne du public m'a parlé et j'ai compris qu'il évoquait l'album "Ocean Avenue Acoustic". Dans la foule, on s'impatiente et on reprend « Fat Lip » de Sum 41 qui est jouée par les enceintes de la salle. Pour le moment, dans nos têtes, nous ne comprenons pas vraiment ce qu'il va passer. Mais au moment où la scène est installée pour l'arrivée de Yellowcard, trois tabourets sont posés sur scène. Arrivent alors Ryan Key, Sean Mackin et Ryan Mendez. Ryan Key prend la parole pour expliquer que leur bassiste Josh Portman a été admis à hôpital pour traiter un problème médical qu'ils ignorent encore pour le moment. « Nous avons réfléchi et nous ne pouvions pas annuler ce concert de notre dernière tournée. Nous allons vous jouer Ocean Avenue en acoustique du début à la fin ! », a indiqué Ryan Key. Après une micro déception de se dire que nous n'aurons pas un concert type de la tournée, nous nous sommes rendus compte de la chance unique de pouvoir assister à un concert auquel nous n'aurions jamais eu droit en temps normal. Là où certains groupes auraient purement et simplement annulé, Yellowcard a voulu assurer un show, en pensant fortement à leur camarade sur son lit d'hôpital.

Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock Pop

Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock Pop


Si nous avons senti le groupe un peu gêné de ne pas pouvoir offrir le concert prévu, c'est au contraire un formidable cadeau qu'il nous a fait. « Chantez avec nous aussi fort que vous pouvez ! Ce sera un peu improvisé, comme à la maison ! », a indique Ryan Key. Et le public britannique, et les autres, auront joué le jeu de fort belle manière, dans une ambiance intimiste, propre à de nombreuses confidences et anecdotes sur la vie du groupe et sa carrière. Ryan Key et Ryan Mendez, respectivement à la guitare acoustique et électrique et Sean Mackin au violon ont démarré avec « Way Away » et joué les titres dans l'ordre de l'album. Le violon de Sean Mackin, magnifié par cette ambiance acoustique, a pris encore plus d'ampleur que d'habitude. Ce dernier, très taquin, n'a pas hésité à embêter son comparse Ryan Mendez lors du concert et louer ses talents de guitariste. Nous avons retrouvé, avec plaisir, cette ambiance d'amitié entre les membres et cette impression de faire partie d'une même famille, à laquelle, le temps d'un concert, nous avons aussi l'impression d'appartenir. Nous devons dire qu'il y a qu'avec Yellowcard que nous ressentons ça. Une grande proximité et cette assurance de sincérité. Si leurs esprits étaient tourné vers leur ami souffrant, ils sont assuré un show plein d'envie, de passion et de partage, sans tricherie. 
Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock Pop

Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock PopCe soir, la musique était en effet au cœur de la fête, un point c'est tout. Après « Breathing », le groupe a plaisanté en disant qu'il allait jouer un morceau que nous connaissions sûrement et qu'il avait l'habitude de le jouer en dernier en temps normal, ce qui ne voulait pas dire que ce soir, le concert n'allait durer que trois morceaux ! C'est bien sûr le classique « Ocean Avenue », qui a permis toute cette belle aventure pour le groupe américain, entre 1997 et 2017, 20 années aux quatre coins du globe, à la rencontre de tous ses fans. Plus tard, lors de « Only One », un couple s'est langoureusement embrassé et Sean a indiqué, avec humour, voyant cette scène, qu'il se sentait tout chose... Gros moment de rire dans la salle. Les anecdotes ont également été nombreuses lors du concert à l'image de celle pendant « Twentythree », où Ryan a parlé d'un ami d'enfance, qui lui avait donné le goût pour la musique et particulièrement le punk rock. Nous avons aussi pu retrouver sur ce titre Sean qui assure la majeure partie du chant. C'est aussi ça d'assister à un concert unique, de découvrir ou redécouvrir des morceaux et de pouvoir profiter de choses inédites. Un peu plus tard, sur « One Year, Six Months », Ryan Key a rendu un vibrant hommage à sa sœur, dont il est très fier depuis toujours. Le concert touchait petit à petit, inévitablement à son terme, au fur et à mesure que la tracklist de l'album avançait. Le formidable « Believe » et son violon enivrant a été un formidable moment d'émotion.
Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock Pop

Avant « Back Home », qui a clôturé le concert, Ryan Key a tenu à s'adresser à l'ensemble du public pour le remercier pour l'avoir soutenu pendant toutes ces années. Un message venant du cœur pour rappeler que sans ses fans un groupe n'est rien et ne peut pas atteindre ses rêves et vivre une aventure extraordinaire. Après 1h30 de concert, le temps était venu de dire au revoir à Yellowcard, qui quittait la scène visiblement très ému de l'accueil reçu ce soir. Après le concert, nous avons pu rencontrer Ryan Key, Ryan Mendez et Sean Mackin pour prendre quelques photos et échanger. Nous avions simplement envie de dire merci et de profiter au maximum de ce moment. Sean a admirablement répondu lorsque nous lui avons demandé ce qu'il ressentait à l'occasion de cette dernière tournée. « C'est un mélange de tristesse et de joie. Et c'est une occasion unique de pouvoir dire une dernière fois au revoir à des amis que de ne pas pouvoir le faire », a-t-il indiqué. Il est vrai que ce soir-là, chacun a eu l'impression de dire au revoir à un membre de sa famille ou un ami. À la fois un peu triste mais heureux, il nous reste aujourd'hui de formidables souvenirs des concerts et de cette soirée, des photos, des rencontres et surtout des chansons que nous ne cesserons d'écouter et qui nous ont accompagné depuis des années. En un mot et un seul : merci mille fois Yellowcard !
Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock Pop


Setlist

1. Way Away
2. Breathing
3. Ocean Avenue
4. Empty Apartment
5. Life of a Salesman
6. Only One
7. Miles Apart
8. Twentythree
9. View from Heaven
10. Inside Out
11. Believe
12. One Year, Six Months
13. Back Home
Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock Pop

Yellowcard Ryan Key Ryan Mendez Sean Mackin Josh Portman Birmingham O2 Institute Ocean Avenue Marie Le Bannier Rock'n'Live Photos Concert Live Punk Rock Pop

dimanche 9 octobre 2016

Concours : Gagnez "OH MY MY", le nouvel album de OneRepublic !

OneRepublic OH MY MY Ryan Tedder Kids Wherever I Go Counting Stars 2016 Rock'n'Live Pop Concours Polydor Album


De retour avec "OH MY MY", les Américains de OneRepublic ont bien l'intention de faire danser les foules avec de nouvelles pépites pop. Sur ce disque, la bande de Ryan Tedder a choisi de surprendre ses fans en invitant notamment Cassius, Santigold et Monsieur Peter Gabriel en personne ! En attendant de pouvoir les revoir sur scène en France, saute sur l'occasion de tenter de remporter un exemplaire de ce nouveau disque.

On te propose, en partenariat avec Polydor, de remporter trois albums. Pour tenter ta chance, il te suffit de liker notre page Facebook (https://www.facebook.com/rocknliveblog) et de répondre à la question suivante : "Quel était le titre du précédent album du groupe ?".

Envoie ta réponse et tes coordonnées (nom, prénom, mail et adresse) à : contact.rocknlive@gmail.com

Bonne chance ! Le concours est ouvert jusqu'au 24 octobre pour les personnes résidant en France métropolitaine.

gagnants concours OneRepublic nouvel album rocknlive blog


Mise à jour du 01.11.2016

Félicitations à nos gagnants Mathilde, Eric et Mélanie ! 
Vous recevrez très vite votre album !

Merci à tous pour votre participation !